On se rassure comme on peut

Publié le

L’édito d’Alternative libertaire d’octobre 2014.

Quel succès pour le gouvernement Valls ! 100 % des suffrages exprimés (l’abstention des élus écologistes n’étant pas comptabilisée) pour soutenir à l’Assemblée nationale la loi de Valls et de Cazeneuve contre le terrorisme sur Internet.

Du FN au Front de gauche, on a rivalisé de déclarations solennelles (avec bien sûr les critiques d’usage pour se démarquer d’un gouvernement qui continue à couler) pour justifier cette nouvelle.

L’UMP Lellouche rappelait que « la France est en guerre » tandis que son compère Marsaud incitait le gouvernement à « s’asseoir sur les libertés individuelles ».

C’est vrai que la menace est omniprésente : le djihad se rapproche !

Pourrions-nous accueillir en France les victimes des islamistes qui risquent leur vie en Méditerranée ? Non, on se contentera de censurer les apologies de terrorisme sur le web, de faire fermer des sites Internet par les représentants de l’État ou de fouiller les équipements informatiques des suspects terroristes, et tout ça sans même une décision judiciaire.

Au passage, on en profite pour mettre au service de la lutte contre les hackers les moyens utilisés contre le crime organisé. En clair, on veut combattre Anonymous comme on combat la mafia.

L’expérience américaine post-11 Septembre a pourtant démontré à ceux et celles qui en doutaient, que la réduction des libertés ne sert à rien contre le terrorisme... mais que c’est le mouvement social qui en est la première victime.

Alternative libertaire, le 29 septembre 2014

Commenter cet article